Carnet de voyage Chapitre 15 : La lune vue d’un télescope au milieu du désert !

Après six heures de trajet, me voici à La Serena. Ayant initialement prévu de traverser la ville en bus, afin de rejoindre Vicuña, la vue sur l’océan me décide à y rester une nuit.

Erreur de voyage : ma demande de couchsurfing, faite au dernier moment, n’obtient que des refus ( Plus de détails et astuces sur l’utilisation de l’application ici : Top 10 des meilleures applications gratuites pour voyager en 2020! ). Je me résigne donc à payer un hostel, où règne, malgré le prix, une atmosphère décontractée. En outre, il dispose de nombreuses terrasses où il fait bon vivre. 

Mon bain dans le géant d’eau salée me revigore : je savoure la douce violence de ses vagues.

La Valle de L’Elqui, en plus d’être le principal lieu de production de Pisco Chillien, possède deux observatoires astronomiques professionnels. En effet, elle fait partie des premières adresses mondiales, en terme d’observation astronomique. Facsinée par l’astronomie depuis l’enfance, cette étape était une de mes plus grandes expectatives du voyage. C’est pourquoi j’ai souhaité y faire un volontariat, afin de me délecter de ses attraits, sans être pressée par le temps. Je fus loin d’être déçue, les étoiles étant ici plantureusement visibles et nombreuses : la voie lactée y est même observable à l’oeil nu !

N’étant pas inscrite sur Workaway, ( ne souhaitant pas payer l’inscription pour le moment ), je n’ai accès, ni aux noms, ni aux adresses des volontariats proposés. Cependant, une des offres indique une localisation plus précise : un hameau. En outre, ce volontariat inclut la nourriture en plus du logement.

Je me rends donc à Vicuña, qui, en plus d’être le village natal de Gabriela Mistral, une grande poétesse Chillienne, est situé à l’orée de ce hameau. Je tente ma chance dans des agences touristiques, proposant mes services de traduction trilingue. Je rencontre, fortuitement, un guide français, dont la réputation m’avait été vantée depuis Santiago. 

Il ne recrute pas, mais me recommande pour m’aider dans ma recherche. Je me rends dans un hostel, où je ne trouve pas grande information, mais sympathise avec le gérant, qui m’offrira du travail. Je refuse, ne souhaitant pas réitérer l’expérience hostellière. 

Je me rapproche du hameau indiqué sur Workaway, en réservant deux nuits dans un formidable camping : je paie 4€ la nuit, pour des installations complètes, ainsi qu’une piscine ! Je goûte des Humitas ( pâte de maïs cuite ) pour la première fois, plat typique dont je rafollerai !

Le jour suivant, enthousiaste et motivée, je pars en quête du fameux volontariat, comptant sur le bouche à oreille et les locaux, afin d’enfin le repérer. Je me fais même inviter dans une maison, par des Chillien-nes bien éméchés, sur les coups de midi. 

Après plusieurs indications, et deux heures à marcher sous un soleil de plomb, je découvre enfin le lieu tant recherché ! Établit sur un immense terrain, le lieu dispose de maisons d’hôtes, d’un camping, d’une piscine, d’un jacuzzi naturel, ainsi que d’un télescope ! Abrité par une coupole, il est situé tout près d’une petit rivière. Surprise : j’y croise deux Allemandes, rencontrées lors de ma précédente étape. 

Je rejoins l’équipe de maintenance de ce petit bijou, avec l’aval des propriétaires, qui ne sont autres qu’une petite famille adorable. Je préviens Diego de ma trouvaille, afin qu’il m’y rejoigne. Aussitôt parti en bus de nuit, il se joindra à moi le lendemain, heureux d’avoir été accepté par la famille ( la réputation des travailleurs Chilliens ne jouant pas en sa faveur ). 

Le premier jour, je m’entasse, à l’arrière d’une camionnette, avec deux amis de la famille. Nous livrons quelques cartons de glaçons, au bar de la famille, sur Vicuña. Nous nous rendons ensuite à Pisco Elqui, épicentre du Pisco Chillien, et passage obligé du touriste visitant le nord du pays. Nous roulons dans le désert, avec quelques bières et la musique à fond, sous le soleil cuisant de l’été austral : je savoure un de mes meilleurs moments du voyage. 

Nous visitons la brasserie Guayacán, confectionnant d’excellentes bières artisanales, ainsi qu’une Pisquerie ( lieu de préparation du pisco ), où nous ferons une dégustation bien piquante. 

Un festival astronomique ( rendez-vous de scientifiques ) aura lieu au domaine, durant quelques jours, accueillant plus de quatre-vingt personnes. Nous préparons donc le site, sous un soleil de plomb, mais les repas exquis, que nous dégustons, grâce à la famille, en valent mille fois la peine. 

Nous profiterons de nouveau de l’artisanat de la brasserie Guayacán, dont les propriétaires ont rapporté un barril de bière, et auquel nous aurons accès à volonté. En outre, nous passons d’excellentes soirées, autour des nombreux instruments de musique que la famille possède. 

Le premier jour du festival arrive, et se fait rude. Nous travaillons de 9h du matin jusqu’à minuit, moyennant une unique heure de pause. Nous sommes quatre, à préparer, servir, et nettoyer les trois repas journaliers des quatre-vingt scientifiques présents !

Le jour suivant sera plus tranquille : nous dégusterons des Frutinos ( fraises mixées au vin blanc ), dont la boisson d’origine est le Melvino ( vin blanc mariné dans un melon creusé ).

Le lendemain, le festival touche à sa fin, et nous nous contentons de préparer les petits déjeuners des scientifiques. En guise de remerciement, pour ces heures de travail fournies, la famille nous donnera l’accès, pour quatre jours, à une chambre réservée à la clientèle ! Nous célébrons la fin du festival avec les voisins, dans une allègre soirée salsa.

Coïncidence, et suite d’une série devenant agréablement longue : mon ami du Chapitre 6 ( https://lacobayeailee.com/2020/03/26/chapitre-6-baleines-et-anniversaire-en-argentine/ ), que j’eus l’occasion de revoir auparavant, est à Vicuña ! Nous partons donc au village, afin de boire un verre en sa compagnie.

Nous rendons ensuite visite à un ami de Diego, saisonnier dans un hôtel, sur Pisco Elqui. Nous y dégusterons des Pisco Sour gratuits toute la nuit ( nuit que nous terminerons là-bas ). 

Le lendemain, de retour à Casa Bagua, nous profitons gratuitement du tour astronomique, pour ma plus grande joie ! Nous avons droit à des explications et autres précisions sur le fonctionnement et la cartographie du ciel austral, ainsi qu’à une observation télescopique ! Nous y observerons la lune, la nébuleuse d’Orion, ainsi qu’un cumulus fermé. Je réussi à prendre une photo depuis l’opercule du télescope, avant de profiter du jacuzzi naturel.

À suivre : 1000km de stop en deux jours ! 

J’espère que le quinzième Chapitre de mon Carnet de voyage vous a plu !

Si c’est le cas, je vous invite à le partager, et à jeter un œil sur mes articles plus explicatifs, où je donne plein de conseils sur le voyage, les doutes que l’on peut y associer, et sa préparation !

Je vous invite également à vous abonner à ma newsletter ! Pas de spams : une faible quantité pour une meilleure qualité ! 

Instagram : www.instagram.com/lacobayeailee 

Facebook : https://m.facebook.com/profile.php?id=100837748127521&ref=content_filter 

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s