Une Française confinée au Chili

Bonjour, Bonsoir ! 

Une petite pause dans le Carnet de voyage s’impose : relater le passé, c’est sympa, mais il faut également se mettre jour sur le présent ! 

Cette pandémie, je la vis, pour ma part, au Chili, à El Quisco, chez les grands-parents de mon copain, rencontré au cours du voyage ( je vous invite à suivre la suite de mes aventures pour savoir pourquoi je suis ici ! ).


Dans l’attente d’un billet pour la France, plusieurs problématiques font leur apparition. Il est, à ce stade, compliqué et coûteux de rejoindre Toulouse, pour plusieurs raisons ( les informations données ici sont valables au 03/05/20 ) :

Les rares vols à destination de la France

Dans une situation habituelle, prendre un vol à destination de Zurich ou Amsterdam, ou bien faire une escale à Sao Paulo, au Brésil, ( comme c’est le cas des rares vols disponibles ), n’aurait pas été des plus pratique, mais aurait été possible. Seulement, en ces circonstances, passer par plusieurs pays est la dernière chose à faire, pour des raisons évidentes. En outre, bonjour les complications pour rejoindre Toulouse depuis Amsterdam en ce moment. 

Il convient donc de prendre des vols directs. Seulement, la seule compagnie reliant Santiago ( Capitale du Chili et aéroport dont je suis la plus proche actuellement ) à la France, de manière directe à ce jour, est Air France. La compagnie, qui proposait des vols environ toutes les deux semaines, n’en propose plus pour le moment. 

Le prix des vols

Ces rares vols deviennent donc prisés, et leur prix double voire triple. De plus, il sont complets à une vitesse folle, le nombre de place étant réduit par respect de la distanciation sociale. Il est également quasiment impossible de trouver des vols ( même avec escale ) à moins de 1000€. 

L’ambassade française du Chili recense environ 400 français ( ceux qui se sont signalés ), sur le territoire, dont 300 expriment le souhait de prendre un vol pour la France. En outre, les français ne sont pas les seuls à avoir des vues sur ces vols : d’autres Européens sont présents au Chili. 

Rejoindre Santiago

Une autre problématique d’un potentiel retour est le fait de ne pas être sur Santiago ( néanmoins je n’en suis pas loin, à environ 1h30 de route ). En effet, la totalité des compagnies de bus joignant les deux villes ont arrêté leur service. Certains taxis proposent leurs services, pour un coût d’une centaine d’euros minimum.  

Rentrer : est-ce vraiment une bonne idée ? 

Le fait de prendre un avion, puis un train, de passer par des aéroports et des gares, même en respectant les mesures de sécurité, c’est prendre le risque de me contaminer. Pour moi, même si cela reste à éviter, le problème ne serait hypothétiquement pas majeur, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. En me contaminant, je prends le risque de contaminer des personnes plus à risques, de propager le virus, que ce soit pendant mon transport, autant qu’à mon arrivée, pour mes proches. 

L’expiration du visa touristique

En tant que touriste de passage, j’ai le droit à 90 jours en territoire Chillien, renouvelables pour un coût de 100$ ( Dollar Américain ). À ce jour, il me reste encore plus d’un mois de droit ici. 

La situation au Chili

À l’instar du Pérou et de l’Argentine, le Chili à fermé ses frontières dès les premiers cas de Covid en territoire National. Ces frontières permettent cependant aux Européens d’en sortir afin de rentrer chez eux. 

Avec environ 17000 personnes contaminées au 02/05/20, le président Chillien, Sebastián Piñera, a imposé un port du masque obligatoire sur tout le territoire. Cependant, la quarantaine totale dépend des régions, voire des quartiers. En effet, la ville de Santiago, découpée en 13 communes ( dans ce cas, équivalent de quartiers ), est en quarantaine totale dans seulement 7 d’entre elles. Mesure capitaliste privilégiant l’économie, déjà peu favorable au peuple Chillien ( je vous invite à vous renseigner sur l’Estadillo Social au Chili depuis le 18/10/19 ), à la santé. 

Ma situation et mes options/choix

Nous voilà donc, depuis plus de 40 jours déjà, coincés ici. Certes, frustrée, comme tout le monde, d’être privée de liberté, je suis trop reconnaissante et admirative du courage dont font preuve le personnel de santé et les travailleurs, en première ligne, au front de cette guerre sanitaire, pour m’attarder sur mon sort. 

J’ai la chance d’être en sécurité, entourée de gens bienveillants et adorables, d’être à deux pas de l’océan, et de disposer d’un jardin ! 

Je n’ai aucune idée de ce qui se passera pour moi dans les prochains jours/semaines/mois. J’étudie avec attention les mails de l’ambassade française au Chili, les informations officielles relayées sur les groupes de voyageurs dans le même cas que moi, la situation Française, Chillienne, mondiale, et prends mes décisions consciemment.  

L’incertain m’accompagne, mais ne me bloque pas. Il faisait au final partie de ce voyage depuis le début, au jour le jour, sans savoir quand rentrer. J’attends donc ( plus ou moins ) patiemment la suite des événements, pour savoir ce qu’il adviendra, car rien n’est prévisible, maintenant plus que jamais. 

À suivre : De retour aux Carnets de voyage : Je me fait voler mon téléphone, et me fait tatouer à l’autre bout du monde, dans la même journée ! 

Je vous invite à vous abonner à ma newsletter ! Pas de spams : une faible quantité pour une meilleure qualité !

Instagram : www.instagram.com/lacobayeailee 

Facebook : https://m.facebook.com/profile.php?id=100837748127521&ref=content_filter 

20 commentaires

  1. Ce confinement est déjà une expérience inhabituelle, mais l’être aussi loin de chez soi, j’imagine que ça doit être assez déstabilisant même si tu as la chance d’être auprès de personnes bienveillantes et d’un adorable minet 🙂
    Bon courage en espérant qu’une situation satisfaisante s’offre à toi.

    Aimé par 1 personne

  2. Hello !
    Excellent article j’aime beaucoup tous ce que tu partages, tes aventures…
    C’est sûr que ça doit être vraiment différents puis sympa d’être confiné dans un autre pays.

    En tout cas je te souhaite un très bon séjour et une belle journée.

    Bisou

    Anîsa de http://mybeautifulifestyle.fr

    Aimé par 1 personne

  3. Coucou,

    Par hasard, est-ce que les visas ne seraient pas prolongés vu que c’est à cause du confinement dû au Coronavirus ?? As-tu su joindre par téléphone (personnellement) l’ambassade à ce sujet ou ce n’est pas possible ? Je pense que tu t’es déjà bien informée.

    Des amis belges sont au Chili et ils étaient en cours d’expédition du tour du monde…
    Ils ont dû trouver un logement le temps du confinement. Pas évident !

    J’espère vraiment que ta situation s’améliorera et que tu pourras circuler plus facilement très rapidement.

    ‪Bon courage en tout cas.

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou !

      Non les visas touristiques ne sont pas prolongés, car techniquement, les frontières ne sont pas fermées à la sortie du pays… Peut-être que si ça avait été le cas nous aurions effectivement pu prolonger le visa !

      Néanmoins, ceci est valable pour le visa tourists, je ne sais pas ce qu’il en est pour les autres visas !

      Bon courage à eux ! Dans quelle ville ont-ils pu se confiner ?

      Merci beaucoup 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s