LatinTour Chapitre 10 : Passer Noël au Chili !

Aujourd’hui, je vais surfer avec une Allemande, cliente à l’hostel, mais ma planche n’a quasiment pas de wax, ce qui ne rend pas la session du jour idéale. Au retour, nous préparons une énorme pizza maison, délicieuse. 

Le lendemain, c’est le réveillon de Noël, et c’est bien la première fois que je prends des coups de soleil ce jour-là ! Nous décidons de faire un père Noël secret, avec le responsable, le volontaire Allemand, et l’Allemande. 

Je tombe sur l’Allemande, pour qui je déniche, à la feria ( marché local ), un thé assez original, et un savon artisanal recouvert de laine ( on se connait depuis deux jours haha ). Après une tentative désastreuse pour faire ma recette de bûche, sans pouvoir monter les oeufs en neige, nous nous attaquons à la préparation de lasagnes, et de Margaritas de Noël. 

L’Allemande était également tombée sur moi, et m’offre un collier ainsi que du chocolat ! Le responsable offre du gros sel de Cahuil à l’Allemand ( Cahuil est une petite ville non loin de Pichilemu, réputée pour son gros sel ), ainsi qu’une boîte de préservatifs ( l’humour de mon responsable ). En retour, l’Allemand lui offre quelques bibelots pour bichonner sa planche de surf.

Le lendemain, nous nous rendons, avec les deux Allemands, à Punta de Lobos, à pied. Nous passons par la plage ce qui rallonge le trajet : nous arrivons au bout d’une grosse heure et demi. Nous dégustons des empanadas en admirant les vagues, je me sens extrêmement bien, j’apprécie beaucoup ce moment. Au retour, nous comatons devant un film avant d’aller dormir.

Le lendemain, nous confectionnons des fajitas, avec le français du Chapitre 9 qui est revenu, après avoir surfé avec l’Allemand. Nous passons une soirée tranquille à chanter autour d’un feu. Le lendemain, nous échangeons un long moment à propos du métier de l’Allemande, qui est assistante sociale. Nous nous confions l’une et l’autre sur nos vies respectives : émane d’elle une bienveillance rare et touchante, qui m’aura marquée. 

Le jour d’après, nous allons tous surfer, avec une Israëlienne, cliente à l’hostel. Les vagues sont quasiment inexistantes. L’Allemande passe de cliente à volontaire, mais seulement pour la semaine à venir. Le soir, le français se motive à nous faire des falafels, et nous préparons tous ensemble des Pisco Sour ( cocktail typiquement Chillien et Péruvien, à base de Pisco ( eau-de-vie de vin ( moscatel entre autres )), et de blanc d’oeuf ( il n’a pas de goût, il change seulement la texture de la boisson )). 

Nous sommes samedi, et nous partons, avec l’Allemande et quelques Chilliens, faire un tour dans la boîte du coin, seulement nous arrivons trop tard : nos entrées gratuites de l’hôtel sont valables seulement jusqu’à une certaine heure. À 15€ l’entrée, nous préférons continuer la soirée à l’auberge. Nous passons une excellente soirée, à danser et à jouer, d’autant plus que l’auberge dispose d’un baby-foot, d’un ping pong et d’énormes baffles.

Le lendemain, un coup de fil à mes proches me ressource, et nous cuisinons un Spaetzle, plat typique Allemand. Le lendemain, une embrouille assez violente éclate entre le français et le responsable : insultes et menaces. En effet, plus le nouvel an approche, plus il projette son stress ( arrivée massive de clients ) sur ses volontaires, qui subissons ses sautes d’humeurs plus surprenantes les unes que les autres, et sur l’Allemande, avec qui il est assez lourd. Nous allons nous changer les idées pour la soirée, en allant boire des bières sur la plage. 

Le lendemain, j’ai une discussion avec le responsable. Comme j’ai eu un bon feeling amical avec lui dès le début, et que je ne me laisse pas faire, il me fait moins chier que les autres, mais malgré l’affection que je lui porte, il devient vraiment pénible à vivre. J’avais initialement prévu de rester un mois ici, puis avais changé par la suite pour un mois et demi. Je prends finalement la décision de ne rester qu’un mois, pour les raisons précédemment évoquées, mais également car j’arrive au bout de mon offre de location de planche de surf, et enfin, et surtout, car j’ai de nouveau la bougeotte, l’envie de repartir en vadrouille, à l’aventure.  Je partirai donc d’ici une semaine/ 10jours, histoire de quand même revoir mon pote français ( cf Chapitre 9 ). 

31 décembre : j’ai hâte de fêter le nouvel an en plein été. L’hôtel est plein à craquer, et nous préparons un nombre de cocktails inimaginables. Avec l’Allemand, nous confectionnons une glace, comme des barbares, avec des framboises qui traînaient par là. Le résultat n’est pas si mal, la glace est très bonne, et nous auront bien rit. À minuit, nous nous rendons sur la plage, qui est noire de monde, pour le décompte et les feux d’artifices qui seront magnifiques ( et caucaces : ils ont fait des feux d’artifices en forme de smileys ). Nous terminons la soirée à l’auberge. 

À suivre : retournement de situation : les 90% de l’équipe de volontaires, virés du jour au lendemain…

J’espère que le dixième Chapitre de mon Carnet de voyage vous a plu !

Si c’est le cas, je vous invite à le partager, et à jeter un œil sur mes articles plus explicatifs, où je donne plein de conseils sur le voyage, les doutes que l’on peut y associer, et sa préparation !

Je vous invite également à vous abonner à ma newsletter ! Pas de spams : une faible quantité pour une meilleure qualité ! 

Vous pouvez dorénavant suivre mes aventures sur Instagram, Facebook et Pinterest !

Plus de photos de Pichilemu ici !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s