El Calafate, Ushuaïa : Le bout du monde

Étant arrivée sur le continent Américain par avion, directement jusqu’à Ushuaïa, la première zone-étape de mon voyage fut la Patagonie.

Cette zone géographique débute à la pointe de l’Amérique du Sud, et remonte à travers l’Argentine, jusqu’au Nord de Neuquén, et à travers le Chili, jusqu’à Puerto Montt. Elle englobe toute la moitié Sud des deux pays ! 

De la pampa à la cordillère des Andes, de l’océan aux lagunes, elle offre une variété de paysages uniques, à couper le souffle. 

La Patagonie étant scindée en deux parties, deux pays, j’ai dû traverser la frontière plusieurs fois pour remonter cette région du Sud vers le Nord. 

Je diviserai donc mes articles entre Patagonie Chilienne et Patagonie Argentine. Celui-ci, comme son titre l’indique, portera sur la première partie de mon itinéraire du côté Argentin. 

J’y conte mes impressions, y donne des recommendations, ainsi que des indications sur les activités que j’ai aimé faire et découvrir, le tout accompagné de photos bien sûr ! 

Je m’y trouvais durant le mois d’octobre, ce qui correspond à la fin de l’hiver, au printemps austral ( hémisphère Sud ). Les températures étaient donc encore très froides, et les activités que j’ai faites correspondent à cette saison. 

Vous aurez sûrement un panel d’activités différent en été. 

Ushuaïa

Partie de Toulouse, j’ai du prendre un premier vol jusqu’à Londres, que j’ai eu l’occasion de visiter sur une journée ( le temps de mon escale. S’en est suivi un vol de 13h jusqu’à Buenos Aires, capitale de l’Argentine, dont je n’ai rien vu avec 3h d’escale. Enfin, j’ai volé durant 4h pour atteindre la ville la plus au Sud du continent : Ushuaïa. 

Vendue telle le bout du monde, je dois avouer avoir été un peu déçue. Certes, une jolie vue, mais un lieu extrêmement touristique, dénaturé par le business, pour ce qui est de la ville en elle-même. 

Cela dit, les parcs et autres merveilles naturelles qui l’entourent valent le détour !

En hiver, beaucoup de ces merveilles sont inaccessibles ( lagunes congelées), ou perdent de leur intérêt. Je n’ai donc pas fait beaucoup de treks dans les environs.

Auberge 

J’ai séjourné environ une semaine à l’hostel los Cormoranes, le moins cher sur Booking disponible à ce moment là. 

L’auberge était correcte, bien que trop chère, mais il est compliqué de trouver plus abordable à Ushuaïa ( la patagonie en général, est une des zones les plus chères du continent Sud Américain ). 

Ils proposent cela dit un bon petit déjeuner, avec du pain fait maison, et disposent d’une cour intérieure petite mais sympathique. 

Elle est située à environ 20min à pied du centre historique, en haut d’une montée, ce qui ne la rend pas idéale. 

Si vous êtes adeptes de couchsurfing ( je parle plus en détail de cette application dans mon top 10 des applications de voyage ! ), cela vous évitera de payer les 9€ la nuit ( en saison basse ).

Office du tourisme

L’office de tourisme d’Ushuaïa vous offre la possibilité d’avoir un joli tampon  » fin du monde  » dans votre passeport. 

Ils ont également développé une application, spécialement conçue pour le tourisme à Ushuaïa. 

Vous pouvez demander un code promo à l’Office du tourisme, qui vous donne accès à un chocolat gratuit par exemple, et à des 15% dans certains restaurants, qui cela dit, ne sont pas les moins chers. 

Musée Maritime et prison d’Ushuaïa

Ce musée, qui contient une ironique aile faisant l’apologie de l’entreprise Total qui sauverait les penguins, est malgré cela très intéressant, de part ses informations ( le guide audio est très complet ), et de part le lieu dans lequel il se situe : l’ancienne prison d’Ushuaïa, dont chaque cellule est visitable, avec des informations sur les anciens détenus, et leurs histoires. 

Existent également plusieurs ailes transformées en galeries d’art.

Une entrée dans ce musée, aussi intéressant soit-il, vaut la somme exagérée de 17€ ! Si vous êtes étudiant je vous conseille de présenter une carte d’étudiant internationale, le prix vous sera réduit de moitié. 

Vous pouvez également visiter le musée de la fin du monde, dont j’ai entendu du bien même si je ne l’ai pas visité. 

Le centre historique

Vous y trouverez un duty free, et toutes les boutiques préférées d’un bon touriste qui se respecte. Il contient également une ribambelle de magasins de matériel de montagne. 

Le bar irlandais Dublin n’est pas très typique mais il y fait bon vivre, et est assez animé !

L’icebar, un bar dans lequel on reste 30min à -18 degrés, accompagné de sculptures de glace et de boissons à volonté, est une activité amusante qui change un peu. Pour 8€, je me suis offert cette fraîche découverte. 

La estancia Túnel 

Accessible en collectivo, vous ne pouvez pas payer en liquide et devez posséder la carte Sube, valable dans plusieurs villes d’Argentine. 

Cela dit, les locaux acceptent généralement de passer leur carte à votre place, en leur donnant l’équivalent d’un trajet en liquide ( ils refusent généralement de prendre ce que je leur dois, même si j’insiste ).

 Je suis descendue à l’arrêt qui se situe au début du sentier allant à la estancia Túnel. 

Après avoir marché environ 45min, on arrive normalement à une balise qui marque le début de la forêt, mais elle était en travaux au moment où j’y étais. Cela dit, je me suis trouvée un petit endroit calme entre les arbres, au bord de l’eau, pour pique-niquer. 

L’endroit est très agréable, le canal, les pics enneigés, la verdure, idéal pour se poser quelques heures quand on a envie de sérénité !

La lagune proche d’Ushuaïa la plus connue est la laguna Esmeralda, de couleur verte, mais elle était malheureusement entièrement gelée au moment où j’étais dans le secteur, je n’ai donc pas fait le trek y menant. 

Le Parc National Terre de feu

Accessible en collectivo, avec un bus qui passe un certain nombre de fois par jour, le parc national vaut le détour. 

Même sans faire de trek, s’y balader et admirer ses différents points de vue est très agréable et on en prend plein les yeux !

Plusieurs y treks sont possibles. Au moment où j’y étais, seul le Hito XXIV n’était pas enseveli sous la neige, et donc praticable. 

Il débute à l’arrêt de bus ( l’entrée du parc ).

Deux heures de marche au bord du lac et de la forêt plus tard, j’arrive à la limite officielle entre l’Argentine et le Chili, indiquée par un panneau, et la fin du sentier. On croise même des chevaux dans la forêt !

Pour ce trek ci, j’ai trouvé le trek en lui même plus intéressant que la destination, mais je l’ai quand même apprécié. 

Il est possible de camper dans le parc. Forcément, en octobre, j’étais la seule campeuse et les températures n’étaient pas idéales. 

 El Calafate

Arrivée en bus depuis Puerto Natales au Chili ( environ 6h avec le passage de frontière ), j’ai été agréablement surprise de la petite ville d’El Calafate.

 Autant touristique qu’Ushuaïa, mais notre présence semble passer plus inaperçue. Pas trop de monde, mais juste assez de vie et d’animation. 

À une vingtaine de minutes de la ville, se trouve un grand lac, des chevaux qui courent : un magnifique spectacle. Endroit idéal pour une petite balade ou pour voir le coucher de soleil. 

Perito moreno

Ce géant de 70 mètres de hauteur est facilement accessible en stop et des bus partent régulièrement depuis el Calafate.

Stop depuis El Calafate

Impressionnante force de la nature, qui s’étend à l’horizon plus loin que ce que nos yeux nous permettent de voir !

Plusieurs options s’offrent à vous pour admirer le mastodonte : 

  • Faire un mini trekking directement SUR le glacier ( coûte une centaine d’euros ).
  • Pour une cinquantaine d’euros, passer en bâteau à travers les différents canaux qui l’entourent, pour l’admirer sur plusieurs facettes, et admirer d’autres glaciers !
  • Se balader à pied sur la terre qui lui fait face, avec différents points de vue. 

Recommendations

L’Hostel et camping   » El ovejero  » propose des prix très attractifs, qui ont sûrement augmentés avec la saison haute ( environ 3€ la nuit en octobre 2019 )

Le restaurant Cambalache propose des plats délicieux à bas prix.

El CHALTÉN

À environ 3h de bus depuis El Calafate, le temps y était très mauvais à mon arrivée. Tellement mauvais que le vent a requis la présence des pompiers, de la police, et des gardes parcs, pour stabiliser les poteaux électriques de la ville qui s’effrondraient !

Ville très touristique, je ne lui ai personnellement pas trouvé de charme.

Ceci dit, pas mal de treks sont disponibles, et sans prendre de bus, directement au départ d’El Chaltén. 

Celui qui mène à la Laguna de los tres en vaut largement la peine : un paysage à couper le souffle, je suis restée en contemplation devant la lagune et les sommets enneigés. En une journée, vous en avez pour environ 5h de marche aller, et 4h retour. Il est également possible d’y camper, et de faire le trek sur plusieurs jours.

Río Mayo

Arrivée ici par pur manque d’organisation et d’horaires de bus ( je venais du Chili et souhaitais rejoindre la route 40 ( route principale en Argentine, qui traverse la Patagonie dans son entièreté, du Nord au Sud )). 

Petite ville au milieu de la pampa, absolument aucun touriste. C’est une ville étape qui sert plutôt pour sa station service.

Cela dit, le camping municipal offre de l’électricité, et il est gratuit.

Le petit comedor familial  » Lo del gordo « , propose une pizza géante et délicieuse, avec boisson, pour 3€ ! 

Il n’y a pas de terminal de bus à Rio Mayo. Le bus qui fait les 24h de trajet qui séparent el Chaltén de Bariloche y passe, mais on doit le héler à un rond point, à des heures plus qu’approximatives. 

J’étais venue bien trop tôt et n’ai pas eu la patience d’attendre, j’en suis donc partie en stop.

Voici mon expérience à propos de la partie Sud de la Patagonie Argentine.

Je n’ai pas fait toutes les activités disponibles, par manque de budget ou d’intérêt, à chacun de faire ce qui éveille le plus le sien.

Dans la deuxième partie, je parlerai d’Esquel, de la Península Valdés, d’El Bolsón et de Bariloche. 

J’espère que mon article sur la Patagonie Argentine, et notamment Ushuaïa et El Calafate vous a plu !

Si c’est le cas, je vous invite à le partager, et à jeter un œil sur mes articles plus explicatifs, où je donne plein de conseils sur le voyage, les doutes que l’on peut y associer, et sa préparation !

Je vous invite également à vous abonner à ma newsletter ! Pas de spams : une faible quantité pour une meilleure qualité ! 

Vous pouvez dorénavant suivre mes aventures sur Instagram, Facebook et Pinterest !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s