La Capitale du surf Chillienne : Pichilemu

Bonjour, Bonsoir ! 

Me voici de retour pour vous parler d’un petit bijou du Chili : Pichilemu. 

Située à 3h au Sud-ouest de Santiago, cette petite ville est connue pour être un des meilleurs spots de surf du globe. 

Y passé un mois en volontariat, j’eus le temps de la visiter et de découvrir ses attraits. 

La capitale Chillienne du surf offre des paysages magnifiques, une ambiance festive, et diverses activités !

Le surf 

La raison majeure pour se rendre à Pichilemu est le surf. 

Vous avez plusieurs options : 

Puntilla 

La plage principale de Pichilemu est parfaite pour débuter. 

Puntilla se situe à l’extrême ouest de celle-ci, désignant une avancée de terre qui la sépare de la plage suivante. 

De nombreuses écoles de surf proposent des cours. Les prix varient entre 5000 et 10000 pesos Chilliens ( entre 6 et 11€ en janvier 2020 ).

Je n’ai pas testé leurs cours, ayant déjà surfé auparavant, mais pour les avoir côtoyés de nombreuses fois dans l’eau, j’en ai vu beaucoup se lever rapidement. Cela dépend bien évidemment de chacun, sachant que la technique, bien qu’elle puisse différer dans certains détails, est sensiblement la même partout.

Vous pouvez également obtenir des prix sur les locations de planches et de combinaisons, en payant le prix de trois jours pour cinq, ou de dix pour vingt !

Généralement, le prix d’une location de planche + combinaison à la journée est situé entre 8000 et 10000 pesos ( entre 6 et 11€ ).

J’avais payé 100000 pesos ( environ 110€ ) pour vingt jours de location de planche et combinaison, avec les bottines de surf offertes. 

Pour les plus expérimentés, qui s’ennuient dans les mousses, vous pouvez marcher le long de l’avancée de terre, à l’ouest de puntilla, et rentrer dans l’eau à cet endroit. Vous vous situerez plus loin, au large, et aurez l’opportunité de prendre de belles vagues. 

Un courant vous entraîne vers l’est une fois dans l’eau, près des rochers, et un autre vers l’ouest, sur la plage. Un couloir au milieu n’est attiré ni par l’un ni par l’autre, et est idéal pour surfer quand on est débutant intermédiaire. 

J’utilisais l’application MagicSeaWeed pour connaître la hauteur de vagues, leur fréquence, ainsi que la puissance et direction du vent. Je l’ai trouvé fiable !

Infiernillo 

La plage située au sud de Puntilla, dans la partie Ouest de Pichilemu, porte bien son nom. 

En effet, je ne me suis pas risquée dans le  » petit enfer « , et ai vu peu de surfers s’y aventurer, car les vagues surfables sont très près du bord, et qu’un courant puissant semble vous attirer au large. 

Cela dit, des surfers expérimentés, à la recherche de sensations fortes y trouveront peut-être leur bonheur. 

Punta de lobos 

Située à 10min en collectivo ( pour 1000 pesos ( 1,30€ )), ou à 1h30 à pied ( 2h en passant par la plage ) de Pichilemu, Punta de lobos est  » the place to be  » en terme de surf. 

J’eus la chance d’assister à la finale de la compétition internationale Women’s Pro, entre une Australienne et une Péruvienne, remportée de peu par la Péruvienne.

Des surfers professionnels viennent du monde entier pour surfer ces vagues aussi belles que dangereuses !

Le spot situé en face du rocher, directement sur la Punta, est réservé aux expérimentés, qui savent appréhender l’océan et le courant particulier qui se trouve ici. 

Les débutants peuvent se satisfaire de ces mêmes vagues, mais au moment où elles s’échouent, en mousses, sur la plage. 

Cela dit, après avoir surfé un mois à Puntilla, ça n’était pas très stimulant !

Punta de lobos : la vue

La pointe de loup porte bien son nom.

Telles des loups enragés, les vagues s’élancent, fusant à toute allure, emportant tout sur leur passage, sur des centaines de mètres. 

Il est impossible de leur résister. 

Poursuivant leur course folle, elles ouvrent en grand leur bouche béante, refermant leurs crocs sur leur proie, la cisaillant dans un fracas. 

Perchés à l’abri sur le rocher qui les surplombent, les pélicans les considèrent.

L’avancée de leur mousse s’éternise, jusqu’à mourir avec grâce, l’écume luisante, brûlée par le soleil et par la puissance des crocs, au pied du sable noir, et des yeux ébahis qui les contemplent.

Béatrice Domecq

Punta de lobos n’est pas réservé aux surfers, loin de là.

Offrant une vue imprenable sur le large, et sur les mastodontes qui s’échouent sur la côte, de nombreux voyageurs viennent admirer leur danse !

Vous pourrez également vous prélasser sur la plage en contrebas, pour prolonger la contemplation du lieu. 

Vous y trouverez même des feria, au bord de la route qui la longe, à côté des miradors d’où il est possible d’admirer les vagues.

La baie resplendissante de Punta de lobos, est à ne pas louper si vous passez sur la côte chilienne !

Pichilemu

Le centre culturel

Le centre culturel de Pichilemu propose de nombreuses activités.

Un planning est disponible tous les mois, avec une variété de cours, gratuits ou non ( environ 1000 pesos pour 1h ). Vous avez l’embarras du choix : karaté, taekwondo, yoga, salsa… 

Il dispose également d’un piano, certes, pas tout jeune, mais accessible pour les voyageurs en manque de musique, ou qui veulent un peu changer de la guitare présente partout. 

La bibliothèque qui s’y trouve offre une variété de contenu, ainsi que l’usage gratuit d’ordinateurs. 

De plus, expositions et spectacles de rue sont organisés fréquemment pour notre plus grand bonheur.

Se balader sur les plages

Puntilla regorge de papapletos et completos en tout genre ( sandwiches typiques de la street food Chilienne ), ainsi que de Mote de Huesillos, boisson typique, très sucrée mais rafraîchissante. ( À venir un article sur la nourriture Chillienne, et plus précisément être végétarien au Chili ! )

Elle est cependant remplie de monde.

Infiernillo, bien plus tranquille, sera plus agréable si vous souhaitez faire bronzette en admirant les vagues. 

Recommandations

  • Le bar-restaurant Pulpo est peu cher et l’atmosphère y est agréable.
  • Pour ceux qui veulent faire la fête, la boîte de nuit Waitara, au bord de la plage, ne passe pas exclusivement du Reggaeton, ce qui reposera vos oreilles !
  • L’hostel Patiperro, situé directement au bord de la plage, dispose d’immenses terrasses, d’une piscine, d’un personnel très sympa, et d’une vue imprenable sur l’océan. Bien qu’un peu plus cher que les autres, il offre également des entrées gratuites à Waitara les vendredis et samedis. 

Les environs 

Je n’y suis pas allée, mais on m’a recommandé de nombreuses fois la petite ville de Cahuil, pour se balader le temps d’une journée. 

À 3h au Sud, le Parc National Radal Siete Tazas regorge de cascades et permet de camper. 

Voici les indications que je peux vous donner si vous comptez visiter Pichilemu !

Je pense avoir fait le tour des activités disponibles dans la ville, même si elles sont bien entendu selon mes goûts personnels. 

Je vous encourage à découvrir ce lieu si vous passez par le Chili. 

J’espère que mon article sur la capitale du surf Chillienne vous a plu !

Si c’est le cas, je vous invite à le partager, et à jeter un œil sur mes Carnets de voyages, plus personnels et pleins de rebondissements !

Je vous invite également à vous abonner à ma newsletter ! Pas de spams : une faible quantité pour une meilleure qualité ! 

Vous pouvez dorénavant suivre mes aventures sur Instagram, Facebook et Pinterest !

Plus de photos de Pichilemu ici !

5 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s