L’auto-stop en 2020 : c’est possible ?

Bonjour, Bonsoir ! 

Voici mon troisième article de la série sur la préparation d’un voyage ! Il portera sur les moyens de transports à utiliser sur place, au sein d’un pays ou d’un continent. 

Lorsque je préparais mon propre voyage, je m’interrogeais sur la manière dont je me déplacerai une fois arrivée. Je sais que cela peut rassurer d’avoir des précisions sur les déplacements au sein d’un pays. 

Cela peut également changer complètement l’expérience que vous vivrez. 

C’est pourquoi je parlerai ici des moyens de transport en général, et plus précisément du stop, dont on trouve peu d’informations concrètes sur internet. 

Je vous souhaite une bonne lecture ! 

Les mastodontes

L’Avion 

Premièrement, le moyen de transport le plus rapide est bien sûr l’avion. 

Bien qu’à éviter le plus possible pour des raisons écologiques, je rencontre régulièrement des voyageurs qui prennent des vols internes, à l’échelle de continents, ou de pays étendus. 

Ils disposent généralement d’un temps de voyage limité, c’est pourquoi ils se tournent vers cette solution. Il permet d’éviter plusieurs jours de bus ( Buenos Aires-Ushuaïa, Bógota-La Paz, par exemple ).

Le bâteau

L’alternative à ceci, si vous ne voulez ni prendre l’avion, ni perdre des jours entiers en bus, est le bâteau. 

Si votre budget est trop bas pour le coût d’un bâteau de croisière, il est courant que certaines embarcations prennent en bateau-stop un ou plusieurs passagers gratuitement.

Il peut s’agir de cargos de marchandises, ou d’autres types de bâteaux. 

Le bâteau-stop peut se faire sur de longues distances ( Atlantique : Canaries-cuba ), des moyennes ( Manaus ( Brésil )-La Pedrera ( Colombie )), et des plus courtes ( Puerto Montt-Chaitén ( Chili )). 

Je n’en ai jamais fait mais ai rencontré plusieurs personnes se déplaçant ainsi.

C’est une forme de volontariat; on vous transporte en échange de travail sur place. 

Quelques soit la distance que celles et ceux qui le pratiquent souhaitent parcourir, ils/elles se rendent tous dans un port dont l’emplacement est stratégique par rapport à leur destination, s’il en ont une fixe. Ensuite, tout se fait en discutant avec les gens qui s’apprêtent à embarquer dans les prochains jours, par le bouche à oreille et la négociation. 

C’est pourquoi cette activité est à considérer avec prudence, car même si elle offre de nombreux avantages, elle reste moins safe que les moyens de transports classiques, et bien plus aventureuse.

Le train

Il existe de nombreux forfaits, notamment en Eurasie, afin de se déplacer sur les deux continents uniquement en train ! Cela permet de faire de longues distances de manière plus écologique qu’en prenant l’avion. 

Le transsibérien en est un bon exemple.

L’auto-stop en voiture et le bus

Le stop

Une autre forme de stop, que j’ai déjà pratiquée à plusieurs reprises, sur des courtes et longues distances, est le stop classique en voiture.

Le mode d’emploi est très simple: se poster sur la route qui mène à votre destination ou va en direction de celle ci, avec un panneau ou non ( à éviter si vous voulez garder le prétexte de la destination pour refuser de monter dans une voiture au dernier moment ), et lever le pouce en l’air !

Quelques choses à savoir si vous faites du stop : 

  • S’armer de patience et rester positif. Vous ne savez pas si on vous prendra dans 5min ou dans 5h. 
  • Si vous êtes seul(e), savoir que vous vous exposez à de potentiels risques. Se renseigner sur les zones où vous en faites. Une fois dans la voiture de quelqu’un/e, vous êtes chez lui/elle, et il/elle tient le volant, il/elle a le contrôle de la situation. 
  • Personnellement, je préfère éviter les zones où passe une voiture toute les deux heures, par flemme. Généralement je prends un bus, quitte à faire un détour.
  • En auto-stop, la personne dispose de seulement quelques secondes pour décider de s’arrêter. Sa décision repose donc sur ses clichés intériorisés.
  •  Les gens s’arrêtent facilement si vous êtes un garçon et une fille. C’est malheureux, mais la présence de la fille rassure, et celle du garçon dissuade.
  • L’auto-stop est possible à trois, bien qu’il paraisse plus difficile: j’ai fait 450 km en une journée, à trois.
  • Sourire est la base. Parfois, je fais coucou : même si la personne ne s’arrête pas, au moins j’ai une réponse (un signe de la main fait toujours plaisir, et remonte le moral si on attend depuis longtemps ).

Je me sens plus rassurée dans des zones bien desservies en véhicules et commerces ( animées en général ), que perdue dans la pampa ( ce qui fut mon cas ). 

Personnellement, j’ai toujours eu beaucoup de chance, mais j’ai rencontré des personnes pour qui ça n’était pas le cas.

C’est pourquoi je le répète, l’auto-stop c’est sympa, on rencontre du monde, on fait un trajet gratuit, mais on doit être conscients qu’on s’expose à de potentiels risques; on se rend dépendant du bon vouloir et des bonnes intentions de parfaits inconnus. 

En Patagonie Chilienne et Argentine, zone dans laquelle j’en ai fait plusieurs fois, l’auto-stop est plus commun, mais je ne m’y risquerai pas en Colombie ou en Bolivie par exemple. Il m’est arrivé d’en faire parfois pour seulement quelques kilomètres, par flemme d’attendre un bus, mais également sur de plus longues distances. 

Vous pouvez aussi louer une voiture sur place, ce qui vous rend plus indépendants, où carrément en acheter une si votre budget vous le permet.

Le bus

Le moyen de transport que j’utilise le plus reste le bus. 

L’Amérique latine est très bien desservie, surtout dans des zones vides telles que la Patagonie Argentine, où les bus sont tous extrêmement confortables. Le prix est cependant plus élevé, mais cela dépend des compagnies. Marga Taqsa et Chevallier sont plus chères et pas plus qualitatives. 

Au Chili, Andesmar et Pullman bus sont correctes.

Au Pérou, Cruz del Sur, en tout cas il y a un an et demi, était bien plus chère que les autres compagnies, pour quasiment les mêmes services. Linea et Mar sont plus abordables et confortables.

Vous n’aurez aucun mal à trouver un Micro ou un collectivo, même dans des zones isolées.

Même si vous pouvez trouver toutes les informations sur place, j’indiquerai dans un article sur le digital les applications et sites internet que j’utilise pour trouver des trajets !

Les petits derniers

La moto et le vélo

La moto et le vélo, moyens de transport moins classiques ( quoique, depuis le livre  » L’Amérique du Nord à moto – 50 itinéraires de rêve « , de nombreux voyageurs se sont tournés vers ce moyen de déplacement ), restent accessibles. 

Le vélo peut être sympa, soit à louer à la journée, soit à acheter sur place, pour une longue durée, et revendre à la fin. J’ai croisé quelques personnes qui traversaient l’Amérique, de l’Alaska à Ushuaïa, à vélo. Bien entendu, elles disposaient d’au minimum un an et demi de voyage devant elles. 

À pied

Enfin, le dernier moyen de transport dont j’ai connaissance sera vos petites jambes. À vous de vous renseigner sur la présence de sentiers, et d’anticiper que cela implique forcément de camper.

Voici les informations que je peux vous donner quant aux différentes manières de vous déplacer sur place.

Vous avez une gamme de choix assez large, adaptable à tous budgets, timings, et à l’idée que vous vous faites de votre voyage. 

L’avion et le bus restent plus safe mais plus chers.

Le stop et le vélo plus dangereux, mais plus économiques et plus proches des locaux ( Quand vous voyagez à vélo vous vous arrêtez dans des endroits moins touristiques, que vous auriez sûrement évité en bus par exemple ). Ils permettent une aventure peut-être plus authentique, même s’ils ne déterminent pas l’intégralité d’un voyage.

J’espère que mon article sur les différents moyens de transports en voyage, dont l’auto-stop, vous a plu !

Si c’est le cas, je vous invite à le partager, et à jeter un œil sur mes Carnets de Voyage, riches en rebondissements, et plus personnels !

Je vous invite également à vous abonner à ma newsletter ! Pas de spams : une faible quantité pour une meilleure qualité !

Vous pouvez dorénavant suivre mes aventures sur Instagram, Facebook et Pinterest !

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s